AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aoi Kuran
~ Membre du Ministère - Ordre du Phénix - Beau ténébreux aveugle & coeur meurtri <3 ~
avatar

Nombre de messages : 5
Année/Métier : Responsable de l'Unité de Capture des Loups-Garous
Amis/Amour : Nani? - Soraya et peut-être toi ne?
Humeur : Calme & réfléchie
Date d'inscription : 04/01/2009

Pensine
Patronus: Panthère de l'Amour
Epouvantard: Sûrement Mathias Kahn, son grand-père maternel
Niveau:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]   Lun 5 Jan - 0:05

Partie 1 : Vous


C’est un double (?) compte >_<


Partie 2 : Votre Personnage

Music*




    A - Identité

    Nom : Kuran
    Prénom(s) : Aoï [En souvenir de sa sœur], Misao [Pour son grand père paternel] et Mathias [Le prénom de son grand-père maternel]
    Surnom(s) : Misa & Misa-chan – Même si il vaut mieux éviter ce dernier -
    Date de naissance : 13 Juin 1950. Il est né un soir de pleine lune et à donc 26 ans aujourd’hui.
    Poste souhaité : Responsable du département de capture des loups-garous au ministère de la magie.
    Ancienne école / Ancienne Maison : Poudlard - Serpentard
    Clan : Ordre du Phoenix

    B - Description physique

    De longs cheveux bruns, des yeux marrons avec des reflets rouge, un teint de porcelaine. Voici les plus belles choses qui peuvent se voir au premier coup d’œil. En effet, Kuran Aoi n’est pas un homme laid, il plait d’ailleurs beaucoup aux femmes mais bizarrement, il s’en soucie peu. On pourrait bien entendu croire qu’il use et abuse des produits de beauté mais ceci serait une erreur. En réalité, il ne prend pas plus soin de lui qu’il ne prendrait soin de vous. Kuran Aoi est beau au naturel, pas besoin de passer du temps à se rendre encore plus beau qu’il ne l’est déjà. Il n’est pas nécessaire qu’il passe du temps devant une glace pour rendre son teint encore plus blanc en le fardant. Il n’a pas non plus besoin d’une brosse pour assagir ses cheveux. Tout se fait presque naturellement, une main qui passe délicatement sur son cuir chevelu, lissant les mèches rebelles. Un doigt qui glisse sous les yeux pour en enlever les cernes et il paraît propre comme un sous neuf.
    Bien entendu, si le visage semble parfait, les défauts sont aussi présents. Mais les défauts ne font ils pas la beauté des gens ? Aoi vous répondrait sûrement oui dans ses bons jours et non dans ses mauvais jours. Il répondrait sûrement qu’il n’en à cure et qu’il s’en tamponne royalement si vous insistiez mais dans le cas présent autant s’attarder quelque peu sur l’allure de cet homme.
    Vous vous demandez sûrement pourquoi le surnom de Misa ou encore Misa-chan lui à été donné non ? Peut-être car le jeune homme ressemble un peu à une fille ou une femme, il en porte même le prénom après tout. Car si le teint de porcelaine et les lèvres bien dessinées sont des traits de son physique, il n’empêche qu’ils vont en général mieux aux femmes qu’aux hommes, être beaucoup plus robuste avec de larges épaules et des manières de rustres. Pourtant, Aoi n’est rien de tout ça, il n’est pas vraiment très costaud, pas plus qu’il n’a les épaules larges. D’ailleurs, il serait bien incapable de vous porter sans se briser un os…C’est du moins l’apparence qu’il donne. Celle d’une femme frêle…
    Il est vrai qu’il n’est pas large, qu’il n’est pas gros mais il est loin d’être maigre. Il ne faut pas aller dans les extrêmes après tout. On le dira donc simplement très fins de corpulence. Avec des petits os et peu de graisse, une constitution féminine pour un homme. Qu’importe, si le sexe des êtres vivants se caractérisaient uniquement par le physique, Aoi serait sans aucun doute…une femme !
    Il reste cependant tant de choses à raconter sur lui…Tant de choses à dire qu’il faudrait user tout le parchemin du monde pour réussir une description potable, sans accroche. Continuons donc l’investigation…Si Aoi est une femme alors le teint de porcelaine s’explique, les grands yeux digne des plus beaux mangas Sôjo aussi…Car en effet, notre homme à des yeux incroyables…Parlons-en d’ailleurs de ces deux billes qui lui bouffe le visage à moitié et exprime ses sentiments du moment…On pourrait y lire comme dans un livre ouvert, s’y perdre et s’y noyer sans même s’en rendre compte…Du moins, vous en seriez capable car même si ils sont magnifiques, Aoi ne s’en sert plus depuis longtemps. Atteint d’une maladie héréditaire, Aoi est aveugle depuis l’âge de neuf ans et si la magie pouvait guérir cette maladie, il ne souhaite en aucun cas s’en séparer. Son nom ? La maladie d’Oguchi, une maladie congénitale très présente au Japon qui diminue dans un premier temps la vision nocturne et dans le cas d’Aoi, rend aveugle. Cette dégénérescence de l’œil et de la rétine n’est pas visible à l’œil nu. Peu de personne sont d’ailleurs capable de déceler le fait qu’il n’y voit rien de jour comme de nuit. Aoi ne porte pas de lunettes ni de bandeau devant les yeux, il ne se déplace pas avec une canne et ses autres sens lui sont amplement suffisant. Bien entendu, pour certaines activités comme le transplanage et le vol sur balai, les choses se compliques. D’ailleurs, Aoi n’a jamais passé son permis de Transplanage et doit s’agripper aux gens si il souhaite aller dans un autre endroit. Mis à part ce petit problème de vision qui pour lui, n’en est plus vraiment un. Il faut savoir qu’en contre partie, il à développer tout ses autres sens tel que le toucher ou bien encore l’odorat et le goût et qu’il n’éprouve aucune peine à se battre et à se mouvoir dans la vie de tout les jours.
    Bref, passons donc sur cette maladie qui ne l’handicape plus depuis longtemps pour en revenir à nos hyppogriffes. Aoi est donc quelqu’un de féminin, avec de longues jambes qui augmentent considérablement sa taille par rapport à bon nombre de Japonais. Il est en effet plutôt grand pour un nippon et ne s’en porte pas plus mal. A vrai dire, c’est bien là une des choses qu’il apprécie le plus chez lui, le reste ne pouvant être vu ou ressentit en totalité…
    Vu comme ça, vous pourriez croire à un embellissement certain de cet homme mais seuls ceux qui l’ont vus de près sont capables d’apprécier la véracités des éléments donnés et peuvent véritablement admettre que Kuran Aoi est un bel homme qui fait chavirer la tête et les cœurs…


    C – Bibliographie

    Rang de sang : Sang-pur. Aoi est issu de la noblesse japonaise et française.
    Origine : Franco-Japonais. Il est né à Paris et à passé son enfance un Chiba au Japon avant de venir en Angleterre à l’âge de 8 ans
    Lieu de naissance : Paris – Résidence principale du clan Khan
    Lieu de résidence actuel : Londres – Résidence Kuran. Il y vit seul depuis la disparition de sa femme.

    D - Famille :


    Kuran Kaname – 57 ans
    L’héritier du Clan Kuran. Un homme fort et droit qu’Aoi admirait énormément dans sa jeunesse. Kaname Kuran est le seul héritier encore vivant de l’empire bâtit depuis des années par ce clan de sorciers au sang-pur. Malgré ses racines et la pureté du sang qui coule dans ses veines, Kaname n’est pas le genre d’homme à détester ceux qui sont différents de lui. Depuis longtemps d’ailleurs, il se bat contre les sorciers qui osent affirmer que les nés moldus n’ont pas leur place en ce monde.
    Mais passons sur les bonnes intentions de cet homme. Après tout, c’est avant tout sa relation avec son unique fils qui intéresse ici.
    En effet, Kuran Kaname est un homme qui aime son enfant, tout autant qu’il aime sa femme si ce n’est plus. Depuis qu’il à appris qu’il était en partie responsable de la maladie de son enfant, Kaname n’a eu de cesse de faire son maximum afin que la vie soit plus douce. Oh, bien sur, on pourrait croire qu’il gâte son fils mais ce n’est pas cela du tout. Kaname s’attache plutôt à l’apprentissage d’une nouvelle vie depuis que le petit à neuf ans. Pour ce faire, il fait déménager une nouvelle fois sa famille. Après la France où il rencontra Anna et la résidence Kuran au Japon. Kaname débarque en Angleterre avec son enfant et sa femme. C’est ici qu’il tentera d’apprendre un nouveau style de vie à son fils afin qu’il n’est pas de difficultés à vivre sans ses yeux. Ici encore qu’il insistera pour le faire entrer à Poudlard et non pas dans une école Japonaise. Son but, changer de vie pour ouvrir de nouveaux horizons. Kaname se sépare alors de la noblesse de son clan en s’exilant en Angleterre. Il ne retourna au Japon que quand son fils eu 17 ans.
    Cependant, il est des choses que l’on ne voit pas ou ne souhaite pas voir. Il était donc étranger aux atrocités que pouvait subir l’enfant avec sa mère et le reste de la famille Kahn. Il était d’ailleurs étranger à la dure loi des femmes dans cette famille de sang-pur et l’ayant découvert bien tard, il est aujourd’hui inutile pour lui de quitter cette attache. Même pour son seul et unique fils. Inutile de préciser que cet homme fut aussi profondément touché par la mort de sa première fille à l’âge de un an. C’est pour cela qui nomma son fils pareillement avant même qu’il ne voit le jour pour le plus grand bonheur de sa femme.


    Kuran Anna. Née Kahn – 51 ans
    Avant de parler de cette femme. Il faut parler de sa famille…Tout le monde sait en effet que la famille Kahn donne beaucoup d’importance aux femmes. A l’inverse de beaucoup de familles, ici, ce sont les femmes qui dirigent et mènent la barque. Hors de question donc de voir un homme prendre du pouvoir. Malheureusement, certaines fois, les femmes sont défaillantes, elles portent en elles les gênes de maladies héréditaire et voit la mort de leur fille. Ce fut le cas d’Anna Kuran qui fut rejetée par les siens après la mort de sa fille et la naissance de celui qui aurait dû être une femme. Pas étonnant alors qu’elle n’aime pas son enfant comme toutes les mères. Bien que consciente des dommages qu’elle infligeait à sa progéniture, elle ne put jamais se résoudre à le laisser en paix. Pas alors que son père lui reprochait encore et encore ses fautes. D’ailleurs, ce fut le seul contact qu’elle garda avec la noble famille Kahn, incapable d’affronter le regard des autres, elle se contenta de celui de son père et de sa violence envers elle et l’enfant. Pourtant, Anna Kahn n’a pas été marié à Kaname Kuran pour devenir ce qu’elle est devenue. Non. Elle devait simplement donner naissance à une fille de noble lignage, capable d’associer le clan Kuran à celui des Kahn afin d’avoir un meilleure contrôle. Aoi Kuran, première du nom avait une destinée toute tracée et sa mort, suivit par la naissance d’un fils termina de plonger Anna dans le désespoir le plus total. Bien entendu, l’Aoi actuel ne lui en veut aucunement, il comprend même parfaitement cette femme à qui on à tourné le dos du jour au lendemain. Rien n’était de sa faute pourtant, elle n’avait pas choisie d’être elle même malade et de transmettre ses mauvais gênes à sa fille décédée aujourd’hui.
    Malgré des années de souffrances et d’incompréhension entre Aoi et sa mère, aujourd’hui une entente presque cordiale règne entre les deux êtres.


    Kuran Aoï – Décédée à l’âge de 1 an
    Elle aurait eu 31 ans le 1 Janvier de cette année et elle n’aurait pas dû disparaître à l’âge de un an. Aoi Kuran fut la première à porter ce nom quelques années avant son frère. Joyaux de la famille Kahn et amour de Kaname Kuran, elle avait tout pour bien vivre et être heureuse. Née aveugle, ce n’est pas le Syndrome d’Oguchi qui la tua l’hiver suivant sa naissance mais bien le froid et une trop faible constitution. Aoi Kuran est dans les mémoires des membres de sa famille depuis le jour de sa mort, un an exactement après sa naissance. Ce bébé à bien entendu laissé un goût amer dans le cœur de ses parents. Voilà pourquoi le jeune garçon né trois ans plus tard porte son prénom. Il aurait du s’appeler Misao comme son grand-père, il s’appellera Aoi…Comme sa sœur.


    Kuran Soraya. Née Ueda – 26 ans, disparue à 23 ans.
    Kuran Soraya, le femme bien aimée de notre jeune Aoi. Ils se sont marié à l’age de 22 ans plus par amour que par obligation bien que cet union entre deux sang-pur soit particulièrement bien vu. Soraya Ueda était une femme d’une rare beauté, plus magnifique qu’Aoi lui-même. Fait pour se rencontrer ? Oui sûrement, et ce, même si Soraya fit ses études aux Japon et lui en Angleterre.
    Depuis des lustres, ces deux familles de sang-pur s’entendent merveilleusement bien et les unions entre ces deux clans sont loin d’être rare. La plupart du temps grandement célébré, le mariage d’Aoi et Soraya n’échappa pas à cette règle. On souhaitait même qu’elle tombe enceinte rapidement malgré la maladie de son mari. En effet, pour transmettre son syndrome à son enfant, Soraya aurait elle aussi dû porter ce gêne. Ainsi donc, si l’un est aveugle et que l’autre voit, le problème est résolu non ? Peut-être bien, mais les projets d’enfants son encore bien loin dans l’esprit de cette femme qui souhaite avant tout suivre son mari en Angleterre et y décrocher un métier. Pour la seconde fois alors Aoi quitte le Japon pour résider à Londres avec celle qu’il aime. Une fois là-bas, les choses se compliquent. Soraya à le mal du pays et son emploi à Sainte-Mangouste ne la satisfait plus du tout. Pire encore, son mari obtient une très bonne place au ministère et les voilà obligés de rester ici pendant encore de nombreuses années. Ce fut trop pour Soraya qui disparue sans laisser de traces. Une lettre, une seule lettre pour adieu et la femme s’envola comme si jamais elle n’avait existé


    G - Magie

    Patronus : Panthère de Chine, aussi appelé Panthère de l’Amour en référence au fleuve du même nom.
    Epouventard : Il faut pouvoir voir un épouventard non? Et Aoi à perdu la vue mais dans son enfance, il s'agissait de Kahn Mathias, son grand père.
    Baguette : Bois de cerisier & Acajou cuivré. Elle mesure 24 cm et renferme une plume de vivet dorée. Pratique pour les enchantements, elle ne sert pas à grand chose si on ne la connaît pas parfaitement.
    Un don particulier? Aucun mis à part peut-être ses sens surdéveloppés à l’exception de la vue qu’il n’a plus.


Dernière édition par Aoi Kuran le Lun 5 Jan - 3:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoi Kuran
~ Membre du Ministère - Ordre du Phénix - Beau ténébreux aveugle & coeur meurtri <3 ~
avatar

Nombre de messages : 5
Année/Métier : Responsable de l'Unité de Capture des Loups-Garous
Amis/Amour : Nani? - Soraya et peut-être toi ne?
Humeur : Calme & réfléchie
Date d'inscription : 04/01/2009

Pensine
Patronus: Panthère de l'Amour
Epouvantard: Sûrement Mathias Kahn, son grand-père maternel
Niveau:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]   Lun 5 Jan - 2:45



    E - Histoire

    « Elle s’appellera Aoi… »

    Anna Kahn et Kuran Kaname en étaient sûrs, leur premier enfant serait une fille et en ce premier Janvier ils la nommerai Aoi. Pourquoi Aoi ? C’est un prénom qui chante vous répondrait-on. Un prénom digne de la future représentante des Kahn au Japon. Un doux prénom pour une fillette qui allait être heureuse. C’était le souhait le plus cher des deux amants et époux. Avoir une fille qui serait leur ultime joyau, la voir grandir et s’épanouir dans la noble demeure des Kuran à Chiba, au Japon.
    Bien entendu dans tout beau conte, le vœu se réalise et en ce premier janvier, Anna donna naissance à une fille, elle s’appela Aoi. Mais comme la vie n’est pas un conte, les choses changèrent rapidement. Aoi était malade…Syndrome d’Oguchi qu’ils disaient ! Une maladie transmise par les deux parents…Génétique qu’ils disaient. Finalement, le beau rêve d’Anna et Kaname commençait à prendre fin. Aoi allait être aveugle et grandirait différemment des autres. Avec un peu de chance cependant, sa vue ne baisserait pas vite et les premières années de sa vie pourrait êtres belles.
    Quelques mois après sa naissance, Aoi tomba malade. La première étape vers la fin de sa vie. Aoi ne verrait pas longtemps le jour, pire même, elle pourrait ne pas passer l’hiver et le printemps suivant.
    L’enfant chéri de ses parents avait du mouron à se faire. L’hiver suivant, elle déclina, tomba à nouveau malade et connu la mort un an après sa venue au monde, jour pour jour, heure pour heure…Finalement, le destin n’est pas toujours heureux.

    Pendant les mois et les années suivantes, Kaname et sa femme se remirent doucement de la perte de leur enfant. Un jour, ils en étaient surs, ils auraient une autre fille et cette fois-ci, le prénom d’Aoi signifierait « Bonheur ». Pendant cinq longues années Anna tenta de retomber enceinte afin de satisfaire son besoin et celui de sa famille. Malheureusement, il lui fallu cinq ans pour réussir et elle n’était pas au bout de ses surprises. Cette fois, son enfant s’appellerai encore une fois Aoi, ce serait une magnifique fille.

    « C’est un garçon Anna…
    - Une fille…Elle s’appelle Aoi…
    - Désolée… »

    La voix de la femme de chambre s’estompa durant cette nuit de pleine lune. Le garçon qui venait de naître n’était pas le bon. Aoi devait être une fille et faire honneur à la famille Kahn, cependant ce ne fut ici qu’un garçon qui vit le jour entre les murs de la résidence parisienne.
    Pour Kaname Kuran, qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille n’était pas le plus important. Il voulait juste une enfant en bonne santé et Aoi ne paraissait pas avoir le moindre trouble.
    Aoi, une fille devenue un garçon qui porterait aussi les prénoms de ses ancêtres : Misao pour le clan Kuran et Mathias pour les Kahn. De Aoi la fille prodige, il passa rapidement à Misa-chan, l’enfant unique. Un petit garçon qui grandirait seul, bien protégé dans son petit cocon Japonais. Mais protégé de quoi ? D’une maladie dégénérative qui frappait encore une fois ? D’une mère abusive et malheureuse ? Ou bien encore d’une famille dépourvue de sens moral ? Finalement Misa-chan ne serait peut-être jamais en sécurité ni ici, ni ailleurs.

    Après cette naissance, Anna fut rejeté des siens. Elle ne pouvait désormais plus avoir d’enfants et la seule chance d’avoir une fille disparut. Seul son père resta à ses côtés mais ses desseins ne se firent connaître que bien plus tard. Pour Kaname, la vie était tout autre. Heureux d’avoir un fils, il vivait dans l’ignorance et ne voyait pas ce qui se passait derrière son dos, pour lui, le petit Aoi était en sécurité et grandissait bien. La vie est parfois mauvaise mais selon cet homme, elle peut aussi devenir très agréable si on y met du sien. Alors qu’il continuait à œuvrer pour le Clan Kaname, l’héritier ne se rendait pas compte de l’état de son fils. Celui-ci empirait. Sa vue se dégradait si bien qu’il était atteint de nyctalopie et n’y voyait plus rien la nuit. Plus grave encore, Aoi souffrait de la présence de sa mère et de son grand père chaque jour que Merlin faisait. A croire que la vie n’est pas douce pour tout le monde.
    Durant ses premières années de vie Aoi, plus couramment appelé Misa ou bien encore Misa-chan, découvrit les recoins du domaine de Chiba. Ainsi que les joies d’une vie simple pourtant ponctuée d’aller et retour à l’hôpital. En plus de ses yeux, on lui trouvait des bleus et une fâcheuse tendance à trop rester dans son coin sans rien dire. Un enfant en retrait qui ne se manifestait jamais sauf pour se plaindre d’un examen oculaire assez flippant pour un enfant en bas âge.
    Après huit années de vue fléchissante, Aoi perdit définitivement l’usage de ses yeux. Il ne voyait plus la nuit, plus le jour et ne retrouverait jamais l’usage de ses yeux. Finalement, il serait aveugle et malgré toutes les jérémiades de sa mère, son père et lui se refusait à utiliser la magie pour soigner sa maladie. Si la vie faisait de lui un aveugle, alors il resterait aveugle. Telle était la pensée du Clan Kuran et de Kaname.

    Un an plus tard, la famille déménagea à Londres. Si la France pouvait les accueillir, c’était une toute autre vie que souhaitait Kaname et il quitta le Japon pour la ville anglaise sans demander l’avis de personne. Ici, il batailla ferme pour que son fils apprenne un nouveau style de vie. Qu’il grandisse bien malgré ce lourd handicap. Il batailla encore plus ferme pour qu’il soit envoyé à Poudlard et non au Japon comme le voulait la tradition. Pour cet homme au grand cœur, la vie de son fils commençait ici mais malgré tout, il restait toujours lui même aveugle et sourd aux maltraitances subies. Il faut dire qu’avec le nombre d’année d’expérience de Mathias Kahn et de sa fille dans les mauvais traitements, il était difficile de voir les choses telles qu’elles étaient. Aoi n’allait plus à l’hôpital, il souffrait de contusions mais jamais au visage ou sur les bras, enfant silencieux, il ne se plaignait pas non plus…Comment voir alors que tout n’allait pas bien dans son univers. Entre neuf et onze ans, Aoi dut apprendre un nouveau mode de déplacement qui ne nécessitait ni canne, ni vue. Les bruits environnant, les aspérités du sol…Voilà ce qui devait l’aider. Une odeur, un parfum, un goût…Les seules choses qui pouvait lui permettre d’analyser. Dans son monde empli de noir seul l’odorat, le goût, le toucher et l’ouïe lui étaient utiles. Il apprit donc à vivre ainsi avec l’aide de son père. Et même si les maltraitances continuait de l’autre côté, il ne se plaignait toujours pas. Aoi était un enfant silencieux et trop obéissant pour émettre le moindre bruit.

    A onze ans, Poudlard lui offrit encore une fois une nouvelle vie. Son intelligence l’envoya directement à Serpentard malgré les hésitations du Choixpeau. Serdaigle était cependant trop sage pour lui… L’adolescence et surtout la connaissance de la magie vint alors sans trop de difficulté pour le jeune garçon qui s’illustra dans de nombreuses matières malgré son handicap. Même si les cours de vols étaient bannis, Aoi n’en restait pas moins un très bon élève. Sa cécité ne l’empêchait pas de rafler des prix et des félicitations. Finalement, un petit prodige était né dans cette école et dans le cœur de son père. Avec une telle force de caractère, il irait loin ! Ses professeurs en étaient sûrs ! A quinze ans, il rafla ses BUSEs et les Optimal qui allaient avec. Pourtant, les portes se fermaient une à une devant lui. Aoi ne pourrait pas être Auror, étant aveugle ce serait trop dangereux. Médicomage était hors de propos, manipuler des potions déclencherait des catastrophes. Ainsi donc, la Magie se fermait autour de lui et rien ni personne n’empêchait ce processus. Malgré tout, ses années à Poudlard restèrent les meilleurs d’entres toutes. Ici, il ne souffrait plus des maltraitances de sa mère et surtout de son grand-père. Il ne souffrait plus de multiples contusions et n’était plus obligé de se taire sur ces agissements. Il en parla même à son père dans une lettre alors qu’il avait seize ans et qu’il se rapprochait inexorablement de sa dernière année d’étude.
    En septième année, les choses n’allèrent pas mieux. Il avait choisit tellement d’options qu’il ne savait plus ou donner de la tête et sans son père, il n’aurait certes pas réussit à obtenir son diplôme. Après sa sortie de Poudlard, un nouveau tournant commença dans sa vie…

    Kaname Kuran se faisait un peu plus vieux chaque année et son désir de retourner au Japon se fit de plus en plus fort. Si en plus il pouvait éloigné Anna et son père de son enfant, c’était encore mieux. L’exile pris donc fin pour les aînés de la famille. Seul Aoi resta derrière avec pour maison la dernière et grande demeure Kuran dans le centre de Londres. Toujours aveugle, il commença sa course à l’emploi et à la formation. Si les métiers d’Aurors et de Médicomages lui étaient inaccessible, restait tout de même d’autres emplois. Il atterrit donc dans un des nombreux département du ministère. A son arrivée, on lui dit que sur le panneau, des lettres dorées formaient les mots : « Département de Contrôle et de Régulation des Créatures Magiques ». Ainsi donc le voilà ici. Dans un département qui ne lui disait trop rien tant l’action était dérisoire. Pourtant, Aoi découvrit derrière cette appellation bien des choses. Il ne s’agissait pas juste de contrôler des créatures magiques, pas plus qu’il ne s’agissait de les recenser. Non, s’ouvrait à lui bien d’autres possibilités et l’une d’elle se nommait loups-Garous. Il commença simplement, comme tout novice qu’il soit dans le bureau d’enregistrement des loups-garous. Là-bas, il y passa de nombreuses années afin d’affiner son savoir sur la question et quand vint le temps du changement, il envoya sa lettre au bureau voisin. Son but ? Faire partie de l’Unité de Capture des Loups-garous malgré sa cécité. On le refusa. Impossible pour un aveugle de 20 ans de devenir chasseur de Loups-garous qu’ils disaient ! Kuran Aoi vit son rêve se flétrir. Pour oublier, il quitta l’Angleterre, retournant se cacher dans ses souvenirs d’enfant. Aoi repartit pour le Japon sans crier gare. Là-bas aussi il entra au ministère et ses requêtes se firent une nouvelle fois nombreuses et incessantes. Si en Angleterre il ne parvenait pas à entrer dans le bon bureau et dans le bon département alors ici, dans son pays natal il y parviendrait !
    Kuran, un nom bien connu des sorciers Japonais. Un simple nom qui le fit entrer dans le bon département, au bon endroit. Il n’en retire aucun mérite. Il le sait, si aujourd’hui son rêve est devenu réalité c’est bien grâce à sa lignée. Mais qu’importe. Il n’était pour l’instant pas bien important dans ce département et capturer les Loups-garous n’étaient pas encore à l’ordre du jour. Il se contentait pour l’instant de trouver les informations nécessaire aux hommes qui partaient à leurs recherches. Son accession au bureau de capture des lycanthropes lui fit un nouveau cadeau. Celui de découvrir une ravissante sorcière. Fille de son patron, Soraya Ueda lui était destinée. Jolie comme un ange qu’ils disaient ! Il n’en savait rien mais le temps qu’il passait avec elle durant ses jours de repos le satisfaisait pleinement. Finalement, Soraya et Aoi apprirent à se connaître mieux que personnes et l’amour naquit entre eux deux. Il se marièrent deux ans plus tard et retournèrent vivre en Angleterre.

    Encore une fois, Aoi réitéra sa demande pour entrer dans le bureau de Capture du Ministère Anglais et cette fois-ci il ne fut pas refusé. Le même travail recommença puis il gravit les échelons un à un. Partant maintenant en mission accompagné d’un collègue, il affinait ses capacités avant d’être promu Responsable de l’Unité de Capture des Loups-garous. 22 ans. Un jeune âge pour devenir responsable d’un tel département. Et alors ? L’intelligence et la capacité d’adaptation du jeune Kuran avait déjà fait ses preuves.
    Cette année là fut aussi l’année de la lassitude pour la belle Soraya. A vrai dire, son emploi à Sainte-Mangouste ne la satisfaisait plus énormément voir même plus du tout. Pire encore, le Japon lui manquait et elle commençait à ressentir ce que l’on appelait le mal du pays. Un an plus tard, la lassitude fut à son comble. Cependant, Soraya ne pouvait priver son mari de son rêve. Elle quitta donc l’Angleterre sans prévenir. Laissant simplement une lettre pour toute explication. A l’intérieur, elle y avait coucher son sentiment et ses envies. Ses souhaits pour l’avenir d’Aoi…Il accepta. Aoi ne partirait pas à la recherche de sa femme, il continuerai son accensions, gravirait les échelons et devrait vivre sa vie comme n’importe quel homme. Soraya avait tout laissé derrière elle et Aoi se tiendrait aux promesses silencieuses qu’il lui fit. A 23 ans, il devait donc recommencer une nouvelle vie, loin de Soraya et de leurs rêves. Le divorce fut prononcer quelques mois après son départ comme elle le souhaitait. Aoi était de nouveau un homme libre et il ne devait retourner à Soraya qu’après avoir achever ses rêves les plus fous. Il devrait avoir un enfant, une femme qu’il aime presque autant que la première, un métier et de nombreuses autres choses. Aoi devrait se battre pour la justice, tout comme son père et son grand-père…Tout ceci, il devrait faire tout ceci et après seulement, il pourrait tenter de retrouver son premier amour.

    La première fois qu’il écouta Albus Dumbledore ce fut lors d’une de ses visites au ministère de la magie. L’homme qui était autrefois son directeur devenait aujourd’hui une personne de confiance. Albus Dumbledore lui parla longuement et lui laissa de nombreux mots. Aoi fut converti. Si la capture du Loup-garou était sa principale activité, il ne devait pas l’utiliser à mauvais escient. Ainsi donc, il trouverait un moyen d’aider Dumbledore dans une lutte encore incertaine qu’il ne comprenait pas encore pleinement. Aoi fit ce qu’on lui demandait, son poste de responsable de l’unité de capture lui permettait de contrôler et réguler les lycans tout en jugeant de leur capacité à rejoindre le Seigneur des Ténèbres qui montait déjà en puissance. Il envoya ainsi de nombreuses informations à cet homme qui protégeait un Lycan dans son école. Aoi ne dit rien de tout ceci. Son action s’arrêtait ici. Pourtant l’Ordre du Phoenix était encore bien loin de ses priorités, Aoi n’avait aucune intention de rejoindre les rangs du Directeur de Poudlard. Pour l’instant du moins. D’ailleurs, il attendit encore trois ans avant de rejoindre les rangs de l’Ordre.
    Aujourd’hui âgé de 26 ans, Aoi est un homme qui n’a pas atteint tout ses rêves, les souhaits de son ancienne femme ne sont toujours pas réalisés et pourtant ses fonctions se voient grandir. Il rejoint l’Ordre fin décembre, après la bataille de Poudlard suite à un mot de Dumbledore.
    Malgré ses doutes et sa cécité, Aoi espère pouvoir aider le vieillard qui à quitté l’école…Il n’est peut-être pas trop tard pour s’affirmer dans cette nouvelle lutte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aoi Kuran
~ Membre du Ministère - Ordre du Phénix - Beau ténébreux aveugle & coeur meurtri <3 ~
avatar

Nombre de messages : 5
Année/Métier : Responsable de l'Unité de Capture des Loups-Garous
Amis/Amour : Nani? - Soraya et peut-être toi ne?
Humeur : Calme & réfléchie
Date d'inscription : 04/01/2009

Pensine
Patronus: Panthère de l'Amour
Epouvantard: Sûrement Mathias Kahn, son grand-père maternel
Niveau:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]   Lun 5 Jan - 3:50



    F - Caractère

    Kuran Aoi. Une personnalité que l’on aimerait percer à jour dans les moindres détails. Serait-ce possible d’ailleurs de tout connaître de cet homme ? Ses qualités comme ses défauts ? Ses passions comme ses peurs ? Peut-être mais Kuran Aoi ne se dévoile pas aussi facilement. Il faut du courage et de la persévérance pour découvrir ce qu’il cache au plus profond de lui-même.

    Ce qu’il aime et ceux qu’il aime peut se compter sur les doigts d’une main. En effet Aoi n’est pas vraiment homme à se fasciner pour tout et n’importe quoi. Il n’accorde pas la même importance aux choses de ce monde et pourtant…Ici, bien des facettes se cachent dans les recoins les plus inattendus. La nourriture pour commencer, Aoi est en effet quelqu’un qui aime manger. Mais attention, tout et n’importe quoi n’est pas bon à prendre. Dans ce registre, il aime principalement ce qui est sucré, le chocolat par exemple ou bien encore la compote de rhubarbe. Des petits plaisirs qui vous laissent un goût de douceur dans la bouche. Il aime la nourriture française, la Japonaise et parfois les spécialités Anglaises. Loin d’être un ventre sur pattes, il aime tester de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs et les accommoder à sa façon dans des plats étonnants et détonants. Comme tout bon Japonais, il aime aussi le thé et particulièrement le thé de Noël. Allez savoir pourquoi mais ce thé noir lui laisse un goût incomparable dans la bouche. Etant aveugle, il ne peut pas dire préférer la beauté d’une saison à une autre. Aoi est plutôt quelqu’un qui ressent les choses. Ainsi aux hivers froids et humides, il préférera un automne ou un printemps aux senteurs exotiques. Il aime sentir le vent sur sa peau ainsi que les rayons du soleil et il passe beaucoup de temps à se balader dans une nature qu’il imagine riche et florissante. La mer et ses embruns lui donnent du baume au cœur et les feuilles d’une forêt ainsi que ses odeurs lui déclenchent des sourires sans fin. Aoi lit aussi beaucoup…Oui, ça peut prêter à confusion mais le jeune homme lit…Du braille bien entendu mais la lecture est quelque chose qui lui permet de s’évader. A la science fiction, il préférera la littérature classique. Côté culture, le cinéma est exclus. Après tout, il ne peut pas voir les images alors autant y préférer la musique qui permet de s’imaginer les histoires. Qu’elle soit classique, moderne ou n’importe quoi d’autre, Aoi aime la musique, il n’est d’ailleurs pas rare de l’entendre fredonner un air. Pour le sport, avouons qu’il n’en pratique pas et n’en à jamais pratiqué. D’ailleurs même avant ses neufs ans, Aoi n’était pas vraiment sportif.

    Si il aime certaines choses, d’autres lui déplaisent plus fortement. L’amertume d’un fruit et celle des gens fait partie de ces petites choses qu’il n’apprécie guère. Il n’aime pas non plus se sentir assisté. Comprendre qu’on le plein à cause de son handicap ou qu’on se sent triste pour lui est quelque chose qui le répugne particulièrement. En effet, Aoi ne se considère pas comme handicapé alors supporter des gens qui le croit malade lui est très difficile. Il n’aime pas non plus tout ce qui est reptile, leur aspect froid et visqueux le rebute, tout autant que le bruit de glissement les caractérisent parfois. Sensible, il n’aimera pas non plus les guêpes et les abeilles, pas plus que les chiens qu’il ne sait jamais comment prendre. Il déteste aussi la pluie et ne supporte pas les vents violents qui lui font perdre son équilibre. Transplaner est souvent hors de question quand il s’agit de ce jeune homme qui ne tient pas à s’agripper à quelqu’un pour bouger d’un endroit à l’autre. Sa cécité ayant quelques inconvénients, Aoi ne supporte pas les odeurs trop forte et les bruits trop violents. Tout ceci le prend aux tripes et lui donne réellement mal à la tête. Sans oublier tout ce qui est des goûts trop prononcer et des surfaces bizarroïdes qu’il se retrouve souvent obligé de toucher. C’est avant tout un homme qui aime la neutralité dans la vie de tout les jours alors les personnes trop extraverties, très peu pour lui. Calme, discrétion et naturel sont des maîtres mots chez ce jeune homme. Et les longues discussions sont pour lui bien mieux que de grands éclats de rires, même si il faut l’avouer, il n’est pas toujours très bavard.

    Dans ses relations avec les gens, il peut à la fois être simple et complexe. Tout dépend de la personne à qui il s’adresse. Souvent discret, Aoi n’engagera pas la conversation avec quelqu’un qu’il ne connaît pas. D’ailleurs, il engage rarement les conversation sauf poussé par la curiosité ou pas le devoir. On pourrait le croire soit timide, soit très fier de lui mais Aoi n’aime simplement pas parler aux inconnus. Ne sachant pas comment ceux-ci peuvent réagir et sûrement par crainte d’être repoussé, il attend plus souvent qu’on vienne lui parler et non l’inverse. Quand une personne est proche de lui en revanche, les choses sont beaucoup plus simple. Même si il ne sera sans doute jamais assez libéré pour parler de son passé, Aoi reste quelqu’un à qui la parole ne fait pas peur. Maintenant qu’il sait que parler n’est pas forcément négatif, il n’hésite pas. Si il vous sent intéressé par un sujet, il continue et à l’inverse, si il vous sent plutôt évasif ou peu curieux, il vous laissera en paix. Il faut savoir que pour lui, l’intonation d’une voix représente beaucoup et que c’est avec ça qu’il sait si il doit continuer ou non même si ce que vous dégager et vos actions gardent une importance dans ses choix, pour les échanges, il se contentera de votre voix. En amour, Aoi est quelqu’un qui se veut fidèle, d’ailleurs, il ne se détache toujours pas de son ancienne femme et ce pour le plus grand malheur des autres. Pourtant, il le sait, rester seul pour le reste de son existence est impossible. Si vous croyez qu’Aoi supportera votre envie de l’aider, vous vous fourrez le doigt dans l’œil. Les gens qui pensent qu’il à besoin d’aide dans sa vie de tout les jours ne lui conviennent pas et il les évitent comme la peste.

    Si voir sa vue diminuer puis être nulle fut un temps sa plus grande peur, aujourd’hui, il s’agirait plutôt de Soraya. En effet, la simple idée de ne plus la revoir lui donne des sueurs froides et c’est donc avec un certain acharnement qu’il tente depuis des années de réaliser les souhaits de son épouse disparue. Kuran Aoi n’est pas du genre à rompre ses promesses, même si elles n’ont pas été prononcée de vive voix. Il se contentera de les respecter, pour lui et pour les autres. Sans Soraya, sa plus grande peur serait sans doute de vivre à nouveau avec son grand-père et de retourner des années en arrière quand il subissait ses maltraitances. Autrefois d’ailleurs, un épouventard avait prit l’apparence du vieil homme. Aujourd’hui cependant, Aoi ne saurait dire à quoi cet épouventard ressemblerait. Il ne le voit pas de toute façon, sa plus grande peur ne peut donc pas se manifester devant lui.

    D’une manière plus générale, Aoi Kuran est un homme plutôt simple. Ayant fait ses études à Serpentard, on sait déjà qu’il regroupe les capacités de cette maison. L’intelligence tout d’abord car depuis tout jeune, il à su se positionner par rapport aux autres. Son esprit est plutôt bien affûté et il analyse les situation avec un rien. Aoi n’a jamais été un étudiant ou un enfant simple d’esprit. D’aussi loin qu’il puisse se souvenir, il à toujours eu la faculté de s’adapter à un nouvel environnement et d’en tirer le meilleur sans difficulté. C’est aussi une personne qui se veut calme. Aoi élève rarement la voix même si les pointes d’agacements sont souvent présente, il ne se permettrait pas de hausser le ton. Et de un car il ne supporte pas les cris et de deux car il n’aime pas cette seule idée. Rester calme en toute circonstance est aussi un très bon moyen d’analyser son environnement proche sans se perdre dans des spéculations inutiles. Persévérant enfin, car Aoi ne serait pas aujourd’hui ce qu’il est sans persévérance et ce même si son nom l’a une fois aider à arriver à ses fins. Il épuise en général toutes les possibilités pour réussir à atteindre son but afin de laisser tomber. D’ailleurs, ça lui réussit plutôt bien vu sa réussite actuelle au ministère de la magie comme ailleurs. Un peu fou peut-être, Aoi n’a pas forcément que de bonnes idées et ses actions peuvent sembler particulièrement désordonnées. Qu’importe, il s’en est toujours très bien sortit depuis qu’il utilise cette méthode. Pour finir, c’est une jeune homme peu porter sur les grosses fêtes typique des adolescents d’aujourd’hui. Il est trop calme pour ça et puis trop de bruit lui nuit aux tympans. Analyste à tendance parfois foldingues, Aoi est un homme qui se veut libre et sans entraves. Il aime sa vie actuelle et les bienfaits de ce monde. Apprécie les moments où il réussit et ceux où il ne réussit pas. Mais avant tout, il à pour but de réaliser ses rêves, tout ses rêves dans les moindres détails.



*END*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuna Natsume
~Administratrice à idées XD- Membre de l'Odre du Phénix-Infirmière Rêveuse <3 ~
avatar

Nombre de messages : 463
Age : 24
Année/Métier : //
Amis/Amour : Melwi-chan~Aki~ Alistou ~Blody~ Keita-chou~Wan-chou
Humeur : Rêveuse...Rêveuse...
Date d'inscription : 25/11/2007

Pensine
Patronus: Un cheval =)
Epouvantard: La mort d'une des personnes qu'elle aime le plus
Niveau:
85/100  (85/100)

MessageSujet: Re: Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]   Lun 5 Jan - 9:02

Welcom' !
Enfin re mais ça sonne moins bien xD

Encore un homme beau, ténébreux et torturé °O°
-> Et encore une preuve que *biip* est Otaku xD
Vampire Knight °W°

Bref ! Que dire que cette fiche est simplement superbe, comme à chaque fois que l'inspiration est au rendez-vous x)

VALIDEY
Sans soucis =)

_________________
Smile, when the stars are shining...




Yunie souhaite une bonne journée & bien du bonheur à Invité..
Yunie a à l'oeil Invité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yoursong.frenchboard.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kuran Aoi, Misao, Mathias [TERMINEE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Misao Makimachi
» Mathias Cross {OK}
» Le chef Kuran est là~
» De retour...[pv Misao, Viladra]
» Yuki Kuran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[M]arauders [M]ap :: ¤Avant le Jeu¤ :: Le Registre :: Présentations Validées-
Sauter vers: